jeudi, avril 26, 2007

* * G A L B A T O R I X * *


Christopher Paolini ... Probablement le plus jeune auteur que j'aie jamais lu. Il commence son récit à 15-16 ans, à en croire le 4eme de couverture, et publie le premier tome "l'héritage" à 19 ans (dixit wikipedia). Je dis "balèze".
Evidemment, il n'est pas belge, ni même francophone, sinon, il n'aurait jamais utilisé le nom "Galbatorix" pour son ultime grand méchant, le roi félon assassin de dragons. "Galbatorix" ... Ca fait un peu le fils spirituel d'Albator et d'Astérix, mais version Gnome (les utilisateurs de Linux comprendront)

Hum.

Blague à part.

Depuis quelques années, ce livre trônait dans les librairies, et chaque fois j'étais attiré par ce dessin d'un superbe dragon, mais probablement pas encore réceptif (trop occupé à lire la Belgariade ou Harry Potter, sans doute). Bref, comme d'hab il aura fallu attendre une sortie cinéma pour que mon attention soit attirée... Le film était agréable, parfois spectaculaire, mais pas extraordinaire. Par contre, là où Piet et Jessica ont mis dans le mille, c'est quand ils m'ont offert le roman pour ma Noël.

Je l'ai tellement dégusté que ma fée m'a offert le tome deux pour mon anniversaire ... Elle est vraiment adorable.

Mais revenons à Galbatorix, qui révèle à lui tout seul l'influence de Star Wars sur le jeune auteur. Un jeune garçon extrèmement doué dans l'usage de la magie, mais le conseil des anciens est réticent à lui prodiguer son enseignement (déjà trop agé et trop fougeux ou un truc comme ça). Puis par un revers du sort (que je ne dévoilerai pas), voilà qu'il se met justement à détester le conseil des anciens, et va finalement assassiner tous les dragonniers un par un. Ca ne vous rappelle rien ?

Bon, j'en rajoute une couche, alors. Plus tard, un jeune garçon découvre un oeuf de dragon et devient à son tour (apprenti-)dragonnier. Il va recevoir les prémices de l'enseignement d'un vieux conteur qui en sait décidément bien beaucoup sur les dragons et la magie ... Comment ne pas reconnaître Obi-Wan dans Brom ? Et cette insitance des Varden qui poussent Eragon à se rendre chez les elfes "pour achever sa formation".

Allez, j'espère que je n'en ai pas trop dit et que vous brûlez tous d'envie de commencer à lire ce récit épopesque -- qui ne détrône quand même pas la Belgariade de son Fantasy#1 en ce qui me concerne ... mais ceci est une autre histoire.

2 commentaires:

cyborgjeff a dit…

Actuellement, je n'en ai effectivmeent vu que le film, qui comme tu le dis était pas un grand film.. on sent que l'histoire reprend bcp de Star Wars, mais aussi d'autres grand mythe heroicofantasysciencefictions.. dommage donc que le film aie tant manquer de profondeur..
mais c'est rassurant de savoirque le livre lui est bien réussi.. qd j'aurais un peu de tmps...

sylvainulg a dit…

le commentaire de Cyril était évidemment "tiens, c'est quoi, la Belgariade?"

... à suivre, donc ...